L’hymne du Pange Lingua et Tantum Ergo

Pange Lingua

Thomas d’Aquin a composé cet hymne pour l’office des vêpres du Jeudi Saint. Selon un usage alors répandu, le premier vers de cette pièce reprend celui de l’hymne de Fortunat (VIe siècle): “Pange, lingua, gloriosi proelium certaminis…”

L’hymne pange lingua a ceci de particulier qu’elle contient une véritable catéchèse, tout en étant un cantique de vénération. C’est donc naturellement que Saint Thomas l’intégra dans son office du Saint-Sacrement. En effet, c’est l’hymne eucharistique par excellence de l’Église. Elle est chantée le Jeudi saint lors de la translation du Saint-Sacrement au reposoir.

Tantum Ergo

Les deux dernières strophes, le Tantum ergo, sont chantées à tous les saluts du Saint-Sacrement. Il fait partie intégrante du Pange Lingua et, bien qu’il ne soit que la finale, son usage fréquent fait qu’il est régulièrement mis en avant dans les paroliers.

L’écouter


Pangue lingua par lucbreton

Paroles

Latin Français
1. Pange lingua gloriósi corpóris mystérium, Chante, ô ma langue, le mystère de ce corps très glorieux
Sanguinísque pretiósi, quem in mundi prétium Et de ce sang si précieux que le Roi de nations
Fructus ventris generósi, Rex effùdit géntium. Issu d’une noble lignée versa pour le prix de ce monde.
2. Nobis datus, nobis natus ex intácta Vírgine Fils d’une mère toujours vierge né pour nous, à nous donné,
Et in mundo conversátus, sparso verbi sémine, Et dans ce monde ayant vécu, verbe en semence semé,
Sui moras incolátus miro clausit órdine. Il conclut son temps d’ici-bas par une action incomparable :
3. In suprémae nocte coenæ recùmbens cum frátribus, La nuit de la dernière Cène, à table avec ses amis,
Observáta lege plene cibis in legálibus, Ayant pleinement observé la Pâque selon la loi,
Cibum turbæ duodénæ se dat suis mánibus. De ses propres mains il s’offrit en nourriture aux douze Apôtres.
4. Verbum caro, panem verum verbo carnem éfficit: Le Verbe fait chair, par son verbe, fait de sa chair le vrai pain;
Fitque sanguis Christi merum, et si sensus déficit, Le sang du Christ devient boisson; Nos sens étant limités,
Ad firmándum cor sincérum sola fides sùfficit. C’est la foi seule qui suffit pour affermir les cœurs sincères.
5. Tantum ergo Sacraméntum venerémur cérnui: Il est si grand, ce sacrement ! adorons-le, prosternés.
Et antíquum documéntum novo cedat rítui: Que s’effacent les anciens rites devant le culte nouveau !
Præstet fides supplémentum sénsuum deféctui. Que la foi vienne suppléer aux faiblesses de nos sens !
6. Genitóri, Genitóque laus et iubilatio, Au Père et au Fils qu’il engendre, louange et joie débordante,
Salus, honor, virtus quoque sit et benedíctio: Salut, honneur, toute-puissance et toujours bénédiction !
Procédénti ab utróque compar sit laudátio. Amen. Á l’Esprit qui des deux procède soit rendue même louange. Amen.